Simplifier pour durer

Icône

Le développement durable simplifié

Consommation minimaliste: hygiène

Avant-dernier article de la série sur mon expérience de consommation minimaliste: l’hygiène. Sujet délicat à traiter…En effet, il n’est pas rare d’associer les personnes favorables au développement durable à des personnes peu soucieuses de leur hygiène personnelle (et des réaction que cela peut entraîner chez les autres).

Commençons par le commencement: les douches/bains. Inutile de préciser que je n’ai pas pris un seul bain au cours de cette expérience. Je n’en prends d’ailleurs jamais, ou si, peut-être 2 par an. En ce qui concerne les douches, il existe trois choses importantes à mon avis:

  1. La fréquence. Il n’est pas toujours évident de s’en passer, surtout si l’on fait beaucoup de sport. Je suis tout de même parvenu à m’en tenir à 5 douches par semaine. On peut toujours trouver dans la semaine un ou deux jours où il n’est pas nécessaire de se doucher, sans pour autant être à considérer immédiatement comme un cochon!
  2. La durée. Plus important que la fréquence – à mon sens – il s’agit de se pencher sur le temps que l’on passe sous la douche. Si je n’ai pas pris de chronomètre à chaque fois que je partais sous la douche, je peux certifier que je n’y suis jamais resté plus de 5 minutes. Je passe en général plus ou moins 3 minutes sous la douche.
  3. Le comportement. Là aussi, un aspect très important. Je me suis toujours efforcé de faire couler l’eau le moins longtemps possible, et de me glisser sous l’eau aussitôt qu’elle avait atteint une température « envisageable »! J’ai systématiquement coupé l’eau lorsque je me savonnais, je le fais toujours. Et j’ai pris mes douches sur le mode de la douche écossaise. Il s’agit aussi bien sûr de ne pas utiliser plus de savon qu’il n’en faut ni trop de shampoing. J’ai utilisé environ 160ml de savon et je me suis lavé les cheveux une fois tous les 3 jours (environ 100ml).

Pour le reste du volet « hygiène », différentes choses. Tout d’abord je n’ai jamais mis de parfum au cours de ces 30 jours. Ensuite, j’utilise une pierre d’Alun comme déodorant. Elle est supposée durer 10 ans et m’a coûté CHF 24.-, ce qui équivaut à une dépense de 20 centimes de déodorant par mois.

Je me suis rasé une fois tous les 5 jours, juste à l’eau, sans mousse et sans après-rasage. J’ai la chance d’avoir un emploi où il n’est pas nécessaire de toujours être rasé de près! Le rasage sans mousse et sans après-rasage peut paraître « barbare », mais on s’y fait assez bien. A noter, même si je ne l’ai pas fait, que la pierre d’Alun fait également un très bon après-rasage. Bien évidemment, je n’utilise pas de rasoirs jetables.

Mon usage de gel pour les cheveux a eu deux périodes! La première, alors que mes cheveux étaient un peu longs, m’a vu utiliser du gel. Je me suis toujours efforcé d’en mettre le moins possible, mais il fallait tout de même que je ressemble à peu près à quelque chose au travail! A noter que l’usage de gel est entrer en conflit avec ma volonté de me laver les cheveux le moins possible, car ça les salit passablement. La deuxième période a eu lieu après que je me sois fait couper les cheveux par ma copine. Je ne suis bien sûr pas allé chez un coiffeur, et ai donc économisé CHF 40.-. Une fois mes cheveux plus courts, plus besoin de gel!

Enfin, il fallait encore que je lave mes habits! J’ai une très petit machine à laver, ce qui fait que je dois faire passablement de lessives. J’en ai fait 8 au cours du mois, pour 1.5 personne (ma fiancée ne vit pas avec moi, mais elle a tendance à me laisser du linge…sans doute pour me faire comprendre sa perception de la division sexuée du travail!). Je ne sais malheureusement pas combien ma machine consomme, ni en eau ni en électricité. J’ai par contre utilisé comme toujours un produit de lessive dit « écologique ». Cet aspect des lessives a vraiment été un gros point noir dans mon expérience. Il aurait fallu que j’arrive à réduire ma fréquence d’utilisation, voire à faire tout ou partie de ma lessive à la main.

En définitive, cette partie de l’expérience concernant l’hygiène a été particulièrement intéressante, car elle abordait un aspect dont on ne peut pas se passer. Il faut donc repenser son utilisation, trouver des produits alternatifs, etc. En tous cas, même si cette partie de l’expérience s’est révélée être la moins concluante, je suis persuadé que l’on peut être « développement durable » sans pour autant devenir sale et pouilleux!

Classé dans:Consommation, Minimaliste, Personnel

4 Responses

  1. […] This post was mentioned on Twitter by Dév Perso, Julien Goy. Julien Goy said: Consommation minimaliste: hygiène: http://wp.me/pB67B-a3 […]

  2. Cyrille dit :

    Bonjour Julien,
    je pense tout comme vous que l’on peut être développement durable sans être sale ni revenir au siècle dernier.
    Si l’on prend l’exemple des douches, il existe par exemple des pommeaux économes qui permettent de réduire considérablement le volume d’eau utilisé.
    Pour éviter de consommer des énergies non renouvelables pour chauffer l’eau (nucléaire, pétrole), il est possible d’installer un chauffe-eau solaire.
    Pour les accros de la comptabilité, il existe des petits compteurs qui permettent de mesurer le volume d’eau utilisé pour chaque douche :
    http://mini-compteur-eau.fr/index_fichiers/compteur_douche.htm
    Concernant les produits d’hygiène, certains fabricants font beaucoup d’effort pour essayer de nous proposer des produits plus respectueux de l’environnement et de notre santé. Pourquoi s’en priver (ecolabelisés) !

  3. Julien dit :

    Merci Cyrille pour ces précisions et ce lien intéressant!
    Il faut vraiment bien connaître les différents produits proposés dans le domaine de l’hygiène. Il m’a semblé que cet aspect de mon expérience demandait bien plus de connaissances que les autres.

  4. Cyrille dit :

    Pour les produits d’hygiène, les ecolabels (Ecolabel européen, Cosmébio…)constituent des points de repère fiables et faciles à identifier.
    La Commission internationale pour la protection des eaux du Léman a aussi réalisé en 2009 un guide des produits détergents sans phosphate.
    http://www.cipel.org/sp/article43.html

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Twitter

Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.
%d blogueurs aiment cette page :