Simplifier pour durer

Icône

Le développement durable simplifié

Coût en chaussures et minimalisme

Dans un de mes précédents articles, j’ai parlé du « coût en chaussures ». Je crois qu’il peut être intéressant de revenir sur cette notion, car elle peut être utile par rapport au minimalisme.

Le coût en chaussures est une notion venant de l’économie et qui peut être définie comme suit. « Coût de l’inflation réduisant les encaisses monétaires réelles, suscité notamment par l’inconvénient que représente le fait de devoir se rendre plus fréquemment à la banque. »

Lorsque l’on essaie d’adopter un mode de vie s’inspirant du minimalisme, c’est un coût auquel on est constamment confronté:

  • On fait souvent de petits achats, car on a peu de place pour stocker,
  • On fait souvent de petites vaisselles, car on a peu de couverts, qu’il faut réutiliser fréquemment,
  • On fait souvent de petites lessives, car on a peu de vêtements, une petite machine et peu de place pour étendre son linge,
  • Etc. etc. etc.

Pas toujours facile à vivre, mais très intéressant et « challenging »!

Classé dans:Autre

Développement durable: un peu de bon sens, par pitié!

Hier, j’ai dû me rendre dans une sorte d’agence de voyage pour y retirer un billet de train. Lorsque je suis arrivé, 2 des 4 guichets étaient libres. Je me suis naturellement dirigé vers un de ceux qui étaient libres. On m’a renvoyé de manière assez sèche en me signifiant que je devais prendre un ticket à la machine. Je suis donc retourné à la machine et ai pris mon ticket. Immédiatement, une lumière s’est allumée, accompagnée d’une petite sonnerie, m’indiquant que c’était au tour de mon numéro d’attente ainsi que le guichet vers lequel je devais me diriger. En l’occurrence, le même que celui où je m’étais rendu. J’ai pris mon billet et suis reparti.

Je comprends très bien que pour des raisons de comptabilité ou que sais-je, il est plus simple pour eux de répertorier les clients à l’aide d’un tel système. J’accorderai tout aussi volontiers que la quantité de papier et d’énergie utilisée pour tout cela n’a rien d’énorme.

Mais tout de même.

Sur le principe, ça me gène. Pourquoi n’aurais-je pas pu rentrer dans cette agence à moitié déserte et trouver un guichet sans avoir à prendre un ticket, ni que plusieurs appareils électroniques ne soient branchés en permanence pour me dire dans quel guichet libre je dois aller? Il y a une aberration – légère certes – à tout cela. Un tout petit peu de bon sens et de naturel feraient le plus grand bien.

Classé dans:Autre

Appartement minimaliste: 4 inconvénients

Tenter d’allier minimalisme et développement durable est un vrai plaisir.Mais ça a aussi des inconvénients, malgré tout le bien que j’en dis ici. Il est important de les mentionner, afin de donner une vision équilibrée des choses.

Habiter un petit appartement (45m2), posséder peu d’objets, sont deux leitmotivs important pour moi. Notamment parce que cela réduit mon empreinte écologique. Je l’ai expliqué ici et ici. Après plus d’un an de cette vie, j’y vois tout de même 4 inconvénients:

  1. On a très vite une impression de désordre. Il suffit qu’un verre traîne ici ou là, que je n’aie pas fait la vaisselle immédiatement après le repas, que je fasse sécher des habits et tout de suite, on a le sentiment que l’appartement entier est mal rangé.
  2. En possédant peu d’objets, ils ne sont pas toujours disponibles. Par exemple, je n’ai qu’une seule poêle. Je suis obligé de la laver après chaque repas afin de pouvoir l’utiliser pour le suivant! Je ne peux donc pas toujours faire les choses comme je veux!
  3. Le « coût en chaussures ». Comme je ne peux pas stocker beaucoup de choses, je dois souvent faire les courses, aller à la déchetterie, aller au compost, etc.
  4. On ne peut pas inviter autant de personnes que l’on veut. J’adore inviter des gens chez moi! Malheureusement, je ne peux pas en inviter beaucoup à la fois. Au-delà de 4-5, on est vraiment serré!

C’est le prix à payer, assurément. Mais c’est un petit effort que je n’ai aucun problème à consentir!

Classé dans:Consommation, Minimaliste, Personnel

Recherche d’emploi

A la fin de ce mois de janvier, je vais quitter mon travail. J’ai besoin de voir autre chose, rencontrer d’autres gens, relever de nouveaux challenges.

Évidemment, je dois chercher un nouvel emploi. Dans les domaines du développement durable et de la responsabilité sociale. J’ai l’habitude de dire que les contraintes et les limites peuvent être libératrices, et je dirais que c’est le cas y compris pour la recherche d’emploi.

En effet, le domaine dans lequel je travaille n’est pas évident: plus ou moins toutes les entreprises pourraient m’engager, mais en même temps ça n’est pas très précis. J’ai donc l’embarras du choix lorsqu’il s’agit de postuler. Heureusement pour moi, je me soumets à deux contraintes:

  • Je cherche une entreprise correspondant à mes convictions sociales et environnementales.
  • Je cherche une entreprise où je pourrais me rendre en transports publics.

Ce sont deux contraintes assez simple, mais exigeantes. Grâce à elles, j’ai déjà pu limiter passablement le champ des possibles pour mes postulations.

Classé dans:Personnel

Voyage à Venise: une expérience durable

J’étais à Venise entre Noël et Nouvel-An. Si j’ai apprécié la ville pour les aspects touristiques classiques (culture, cuisine, etc.), je l’ai aussi appréciée pour une raison écologique: l’absence de voitures sur les îles.

Quel bonheur de passer 4 jours sans en voir une seule! Toutes les voitures sont parquées à l’entrée de l’ile (nous sommes pour notre part venus en train) et à l’intérieur on se déplace à pied ou en bateau.

A quand pareille situation dans d’autres grandes villes d’Europe? Bien sûr, on me dira que ce n’est pas la même chose, qu’il n’y a pas de canaux à Genève ou qu’aucun Parisien ne veut aller au travail en gondole (encore que…). Mais tout de même, on peut tirer quelques généralités simples du cas de Venise:

  • Parquer les voitures hors de la ville.
  • Instaurer les transports publics comme unique moyen de se déplacer en ville.
  • Penser les services publics en minimisant l’usage de leurs propres flottes de véhicules (poubelles, postes, etc.)

Est-ce vraiment si compliqué que ça?

Classé dans:Autre, Personnel