Simplifier pour durer

Icône

Le développement durable simplifié

Attention aux nouveaux habits!

"I say beware of all enterprises that requires new clothes."  – H.D. Thoreau

Attention à toute entreprise requérant de nouveaux habits…quelle belle idée! Si vous voulez vous lancer dans une nouvelle activité et que celle-ci requiert que vous achetiez de nouveaux habits, un nouveau matériel, etc., vous devriez avoir la puce à l’oreille.

Bien sûr, si vous voulez vous mettre au vélo, il peut être judicieux et inévitable d’acheter… un vélo! Par contre, si on vous dit qu’il vous faudra également une tenue pour faire du vélo, une nouvelle gourde, des lunettes à soleil (pas celles que vous avez déjà, non, des lunettes à soleil pour le sport), il faudra vous méfier. Vous avez certainement un short et un t-shirt, une bouteille vide que vous pouvez remplir d’eau et une paire de lunettes à soleil, non?

Il ne s’agit pas de renoncer à faire du vélo, mais plutôt de penser à la façon dont vous voulez faire du vélo.

Classé dans:Consommation, Minimaliste, Personnel

Parler à ceux qui ne savent pas

De manière générale, le monde est divisé en deux parties: il y a ceux qui savent, et ceux qui ne savent pas. De manière générale toujours, on peut se mettre d’accord sur le fait que "ceux qui ne savent pas" sont plus nombreux.

C’est flagrant dans le domaine du développement durable. Nombreux sont ceux qui ne "savent pas vraiment" de quoi il s’agit, ce qu’il faut faire, ce qu’il ne faut pas faire, ce qui est mieux, ce qui est moins bien, etc.

Personnellement, je me range dans la catégorie de "ceux qui ne savent pas comment mesurer". J’ai récemment vu une publicité pour une voiture ne consommant que 132g de CO2. Est-ce que c’est bien? Est-ce que c’est par an, par jour, par 100km?

Il paraît que le prix du KW solaire a baissé…Est-ce qu’il reste supérieur au prix "normal"? Et d’ailleurs, 1KW, ça permet de faire quoi?

Chez Weight Watchers, ils ont compris. Ils ne parlent pas de calories, ils parlent d’unité. Ils parlent à ceux qui ne savent pas. Ce repas fait 7 unités par personne, celui-ci en fait 9. Le premier est donc moins calorifique que le second. C’est simple.

Quand est-ce que le développement durable va se décider à parler à ceux qui ne savent pas?

Classé dans:Consommation

Le développement durable: quel type de besoin?

Vous connaissez tous – sans doute – la pyramide des besoins de Maslow. On commence avec les besoins les plus basiques (physiologiques, de sécurité) puis en montant on retrouve des besoins plus "élaborés". La théorie dit que l’on ne peut "accéder" à un besoin tant que l’on n’a pas satisfait le précédent. Par exemple, il est peu probable que l’on ressente un besoin d’appartenir à une communauté si l’on n’a pas de quoi se nourrir ou un toit sous lequel s’abriter.

La question que je me pose aujourd’hui est de savoir où situer le développement durable sur cette pyramide. Question bien sûr liée avec l’article précédent.

On pourrait se dire que si quelqu’un s’intéresse au développement durable, cela répond plutôt à un besoin "haut placé", comme le besoin de réalisation par exemple. En effet, on peut imaginer que chercher à vivre en respectant l’environnement et ses semblables est de l’ordre du bien-être personnel. "En adoptant tel mode de vie, j’ai le sentiment de me réaliser pleinement."

Mais d’un autre côté, les questions de développement durable sont très basiques. Il en va de notre sécurité et de nos besoins physiologiques  ; aussi bien de la catastrophe naturelle engendrée par le changement climatique, que de notre sécurité alimentaire, en passant par les économies que l’on peut réaliser au niveau personnel en adoptant un tel mode de vie.

J’avoue ne pas vraiment savoir que répondre! Peut-être que le développement durable est transversal à cette pyramide?

Classé dans:Personnel

Quel défenseur de l’environnement êtes-vous?

Je suis en train d’achever la lecture de l’excellent Strategies for the Green Economies, de Joel Makower. J’ai déjà plusieurs fois utilisé cet ouvrage ici, et je voulais le faire encore une fois! On trouve à la fin du livre une étude menée aux Etats-Unis, The Ecological Roadmap. Sans entrer dans les détails, je voulais simplement présenter les 10 profils ou segments que cette étude a mis en avant, parmi le public américain.

On trouve tout d’abord 3 groupes les plus "environmentally friendly".

  1. Greenest Americans: ils veulent la protection de la biodiversité et des endroits encore sauvages; ils sont les plus actifs politiquement.
  2. Postmodern Idealists: pour eux, la protection environnementale consiste à vivre de manière "verte" et créer des villes sans voitures et consommant peu d’énergies.
  3. Compassionate Caretakers: le plus grand groupe en terme de %; ils se concentrent principalement sur des questions liées à la communauté locale, car ils veulent des espaces propres et sains pour la famille et la communauté.

Les 3 groupes intermédiaires ne passent pas beaucoup de temps à se préoccuper de l’environnement, mais ils ne sont pas nécessairement opposés à sa protection.

  1. Proud Tradionalists: ils croient en la responsabilité et aux devoirs, mais leur vision selon laquelle les humains dominent la nature les met souvent en porte-à-faux avec les notions impliquant que toutes les espèces sont importants et méritent protection.
  2. Driven Independents: principalement soucieux d’eux-mêmes, et ne s’intéressent à l’environnement que si cela contribue à leur prospérité.
  3. Murky Middles: n’ont pas de valeurs fortes et se contentent de suivre.

Enfin, les 4 derniers groupes sont plutôt préoccupés par des problématiques "au jour le jour", ce qui ne favorise pas l’intérêt pour les questions environnementales.

  1. Ungreens: ils voient les environnementalistes comme des extrémistes, et la dégradation environnementale comme inévitable si l’on garder notre style de vie ("American lifestyle" dans le texte).
  2. Antiauthoritarian Materialists: le groupe le plus jeune, selon lesquels la vie a peu de sens et vivent pour eux-mêmes.
  3. Borderline Fatalists: groupe jeune également, qui peuvent se soucier de l’environnement, mais ne savent pas comment faire la différence.
  4. Cruel Worlders: ils sont les oubliés de la société ("left out of the American dream") et sont amers à ce propos, ils ne se préoccupent simplement pas de l’environnement.

Intéressant, non? Il faut encore savoir que les 3 premiers groupes représentent 36% de l’échantillon, les 3 suivants 44% et les 4 derniers représentent 21%.

Et vous, où vous situez-vous?

Classé dans:Personnel

Mea Culpa

Mea culpa, oui, et plutôt deux fois qu’une. Pourquoi? Parce que je m’apprête à partir en vacances, à l’autre bout du monde, en avion.

Autant dire que c’est plutôt mauvais pour mon bilan carbone.

Et je ne vais même pas faire de l’écotourisme. Mais ce n’est pas faute d’avoir essayé.

Voila, je vais donc partir quelques jours en Guadeloupe, avec mon amoureuse. J’aurais pu ne pas en parler et faire semblant de rien, mais je crois que je me dois d’être transparent et honnête!

Les blâmes, insultes, anathèmes et autres peuvent être laissés dans les commentaires. Mais je suis également preneur pour les suggestions quant à ce que je pourrais faire pour me rattraper!

Classé dans:Personnel

Twitter

Erreur : Twitter ne répond pas. Veuillez patienter quelques minutes avant d'actualiser cette page.

Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.